Maladies telluriques et bactériennes


Tache bactérienne

La tache bactérienne due au Xanthomonas campestris pv. vitians se manifeste d'abord par des taches d'apparence huileuse situées en marge des feuilles qui, en quelques jours, deviennent nécrotiques et confluentes. Lorsque les conditions sont favorables, la propagation de la maladie est alors très rapide et dévastatrice.

L'absence de produits homologués en phytoprotection au Canada rend difficile son contrôle et les bactéricides à base de cuivre sont inefficaces.

Les recherches actuellement en cours, en collaboration avec le CRD de Saint-Jean-sur-Richelieu, visent à identifier les souches de Xanthomonas dans les zones de production de la laitue, de déterminer leur fréquence, répartition et pouvoir pathogène. Celles menées avec le VRIC visent à développer des marqueurs moléculaires de résistance à la tache bactérienne. La Fondation continue d'orienter ses efforts vers la présélection de cultivars et lignées non avancées de laitue pour dépister des sources de résistance, ainsi que la réalisation de croisements et la sélection d'individus dans les descendances.

Tache bactérienne

Pourriture basale

Les premiers symptômes se manifestent habituellement lorsque la laitue pommée approche de la maturité. Le champignon Rhizoctonia solani attaque les feuilles inférieures au contact du sol, provoquant des lésions ocres à brunes sur les nervures. Par temps humide, l'infection peut gagner tout le limbe, entraînant sa destruction, ou atteindre le pivot, provoquant la pourriture du collet. Le temps chaud et humide favorise grandement le développement de la maladie. Le champignon peut survivre facilement dans le sol pendant des années. Aucun cultivar résistant ou fongicide n'est disponible actuellement.

Pourriture basale

Affaissement sec

Le principal agent causal de cette maladie est le champignon de sol Pythium sp. Un manque à la levée, une croissance réduite des plants (nanisme), un jaunissement foliaire, un flétrissement du plant, un arrêt de la croissance, voire la mort des plants, sont des symptômes caractéristiques. Un sol froid, humide et mal drainé sont autant de facteurs aggravants. Le champignon peut survivre plusieurs années dans le sol. La lutte chimique est peu efficace et des variétés résistantes sont encore inexistantes.

Les maladies telluriques et bactériennes sont particulièrement redoutées et leurs effets sont souvent très dommageables. Au cœur de nos préoccupations : des projets de recherche qui visent l'amélioration de la connaissance des facteurs de résistance et de sensibilité des variétés de laitue et l'exploration de la diversité génétique de la laitue pour trouver des sources de résistance à utiliser dans notre programme de sélection.

affaissement